Born to a Dominican mother and father, JonOne - whose real name is John Perello - was born in New York in 1963. A true New Yorker, John grew up in the Heights, a mixed-race neighborhood in the northern part of Manhattan. Like many kids of his generation, his life telescoped with the emergence of the Graffiti culture, which swept through the streets of northern New York in the early 1980s. Initiated by his childhood friend White Man, he began to tag his name "Jon," followed by 156 (his street number) on walls and subway trains. At this time, he met A-One (Anthony Clark 1964-2001), a figure of New York street art who was already a spectacular success internationally. This meeting was an actual trigger. Inspired by his mentor's travel stories and madly in love with freedom, John held a series of exhibitions and refined his view of the world. What he considered until then as a form of aesthetic vandalism will finally become his profession.

 

In 1984, Jon founded the graffiti collective 156 All Starz and became JonOne. In 1985 he began painting on canvas and persisted in reproducing what would become the founding element of his unique style: the representation of a graffitied subway train whose speed generates streaks of color. This attention to the agitation and movement of color rather than figuration became his trademark. Finally, following a decisive meeting with the artist and record producer Bando (real name Philippe Lehman), the self-taught graffiti artist JonOne arrived in Paris in 1987. He met the famous art dealer Cornette de Saint Cyr, who allowed him to set up shop at the Hôpital éphémère, a squat in the heart of the Hôpital Bretonneau. There, he pursued his activities on canvas in the company of the great names of the time, such as A-One, Sharp, Ash (Victor Ash), JayOne, and Skki. He also met Agnès B., who bought two paintings from him, sealing the beginning of a long friendship. Gradually, from exhibition to exhibition, the child of the suburbs of New York acquires his letters of nobility in the Parisian artistic microcosm.

 

In 1990, he was exhibited at the Gallery Gleditsch 45 in Berlin, then in 1991, he took part in the Paris Graffiti exhibition on rue Chapon in Paris. In November 1992, he had one of his first solo exhibitions at Monaco's very chic B5/Speerstra Gallery. From then on, he continued exhibiting worldwide, from Tokyo to Monaco, Paris, Geneva, New York, Hong Kong, and Brussels.

 

Self-described as an "abstract expressionist graffiti painter," JonOne draws his inspiration from the works of masters as diverse as Miró, Kandinsky, Matisse, and American abstract expressionists such as Pollock, Kooning, Joan Mitchell, and Robert Motherwell. True explosions of color, his paintings are improvisations that ignore the void: his graffiti paintings that breathe the joy of life fill the spaces. Thanks to this unique style, JonOne quickly gained favor on the market, where his price peaked in the early 2000s. At an auction at Artcurial on June 6, 2007, Balle de match, a large-format canvas (214.50 × 190 cm) created at the Hôpital éphémère in 1993, was snapped up by a New York collector for €24,800, marking a world record for the artist. At the time, this auction was the highest ever obtained in France for graffiti art. Today, JonOne's works sell for tens of thousands of euros (€128,500 for work at Artcurial in 2013).

 

A talented artist, JonOne is also a man with a heart who does not hesitate to commit himself to the most disadvantaged. January 22, 2011, marks the beginning of his collaboration with the Fondation Abbé Pierre. Jon created a monumental fresco in the Square des Deux-Nèthes in the 18th arrondissement of Paris. This fresco represents the face of Abbé Pierre as it appeared during the "Winter Call of '54" this cry from the heart was launched by the founder of the Emmaus movement on the airwaves of Radio Luxembourg following the tragic death of a homeless woman who died of cold in the street. The artist's commitment does not stop there, and, in January 2013, he revamped Eric Cantona's Rolls Royce, which was then put up for sale by Artcurial to benefit the Fondation Abbé Pierre for 125,000 euros.

 

Very attached to France, where he has resided for many years, JonOne has introduced his art to the heart of national institutions. On January 21, 2015, a work by Jon entitled "Liberté, Égalité, Fraternité," measuring 300 x 220 cm, was inaugurated at the National Assembly in the Salon des Mariannes. A few weeks later, the painter was distinguished as a Knight of the Legion of Honor.

 

JonOne has also collaborated with the most prestigious companies, including Leclerc, Lacoste, Guerlain, Perrier, Thalys, Agnès B, Air France, and Tumi, for many years. These collaborations offer the artist the opportunity to be noticed by real coups, such as the inaugural Paris-New York flight of the Air France Boeing 777 in JonOne's colors in 2015 or the creation, in 2016, of the iconic bottle with Bees for Guerlain in limited edition.

 

A confirmed workaholic, JonOne continues to multiply projects and exhibitions worldwide. After a unique performance in the heart of the Forbidden City, the artist is turning to Africa in 2020 with a first solo exhibition in Abidjan. In November 2020, JonOne took over the Museum of Black Civilizations in Dakar in a solo exhibition with the ArtTime gallery, sponsored by the President of the Republic of Senegal, Macky Sall. More recently, after an in-situ performance at the Palazzo Farnese in Rome, JonOne signed in 2021 his first exhibition in the United Arab Emirates in Dubai with the ArtTime Gallery.

 

______________________

 

Né d’un père et d’une mère dominicaine, JonOne – de son vrai nom John Perello est né à New-York en 1963. Real New Yorker pur jus, John a grandi dans les Heights, un quartier métis du nord de l’arrondissement de Manhattan. Comme de nombreux kids de sa génération, son existence se télescope avec l’émergence de la culture Graffiti, qui déferle à travers les rues du nord de New-York au début des eighties. Initié par son ami d’enfance White Man, il commence à tagguer son nom « Jon » suivi de 156 (le numéro de sa rue) sur les murs et les rames de métro. C’est à cette époque qu’il fait la connaissance de A-One (Anthony Clark 1964-2001), figure du street art new-yorkais qui connaît déjà un succès fulgurant à l’international. Cette rencontre est un véritable déclic. Inspiré par les récits de voyage de son mentor et follement épris de liberté, John enchaîne les expositions et affine son regard sur le monde. Ce qu’il considérait jusqu’alors comme une forme de vandalisme esthétique va finalement devenir son métier.

 

En 1984, Jon fonde le collectif de graffeurs 156 All Starz et devient JonOne. Dès 1985 il commence à peindre sur toile et s’entête à reproduire ce qui deviendra l’élément fondateur de son style unique : la représentation d’une rame de métro graffée dont la vitesse engendre des traînées de couleur. Cette attention portée à l’agitation et au mouvement de la couleur plutôt qu’à la figuration devient sa marque de fabrique. Finalement, c’est à la suite d’une rencontre déterminante avec l’artiste et producteur de disque Bando (de son vrai nom Philippe Lehman) que le graffeur autodidacte JonOne débarque à Paris en 1987. Il y fait la connaissance du célèbre marchand d’art Cornette de Saint Cyr qui lui permet de s’installer à l’Hôpital éphémère, squat établi au cœur de l’Hôpital Bretonneau. Là, il poursuit ses activités sur toile en compagnie des grands noms de l’époque tels que A-OneSharpAsh (Victor Ash), JayOne ou encore Skki. Il rencontre également Agnès B. qui lui achète deux toiles, scellant le début d’une longue amitié. Progressivement, d’exposition en exposition, l’enfant des faubourgs de New-York acquiert ses lettres de noblesse dans le microcosme artistique parisien.

 

En 1990, il est exposé à la Gallery Gleditsch 45 de Berlin puis il participe en 1991 à l’exposition Paris Graffiti, rue Chapon à Paris. En novembre 1992, il réalise l'une de ses premières expositions solos au sein de la très chic galerie B5/Speerstra Gallery, à Monaco. Dès lors, il ne cesse d'exposer à travers le monde, de Tokyo en passant par Monaco, Paris, Genève, New York, Hong Kong ou encore Bruxelles.

 

Auto-désigné comme un « peintre graffiti expressionniste abstrait », JonOne puise son inspiration dans les travaux de maîtres aussi divers que Miró, Kandinsky, Matisse, ou encore des expressionnistes abstraits américains tels que Pollock, Kooning, Joan Mitchell et Robert Motherwell. Véritables explosions de couleur, ses toiles sont des improvisations qui ignorent le vide : ses peintures graffiti qui respirent la joie de vivre remplissent l’entièreté des espaces. Grâce à ce style unique, JonOne s’attire rapidement les faveurs du marché où sa cote connaît son apogée dès le début des années 2000. Lors d'une vente aux enchères chez Artcurial le 6 juin 2007Balle de match, une toile de grand format (214,50 × 190 cm) réalisée à l'Hôpital éphémère en 1993, est enlevée par un collectionneur new-yorkais pour la somme de 24 800 €, marquant un record mondial pour l'artiste. À l’époque, cette enchère est la plus haute jamais obtenue en France pour une œuvre d’art graffiti. Aujourd’hui, les œuvres de JonOne se vendent pour plusieurs dizaines de milliers d'euros (128 500 € pour une œuvre chez Artcurial en 2013).

 

Artiste talentueux, JonOne est aussi un homme de cœur qui n’hésite pas à s’engager en faveur des plus démunis. Le 22 janvier 2011 marque les débuts de sa collaboration avec la Fondation Abbé Pierre. Jon réalise une fresque monumentale au square des Deux-Nèthes dans le 18ème arrondissement de Paris. Cette fresque représente le visage de l’Abbé Pierre tel qu’il était apparu lors de « L’Appel de l’hiver 54 », ce cri du cœur lancé par le fondateur du mouvement Emmaüs sur les ondes de Radio Luxembourg à la suite du décès tragique d’une femme sans-abri, morte de froid dans la rue. L’engagement de l’artiste ne s’arrête pas là et, en janvier 2013, il relooke la Rolls Royce d’Éric Cantona qui sera ensuite mise en vente par Artcurial au profit de la Fondation Abbé Pierre pour un montant de 125.000 euros.

 

Très attaché à la France où il réside depuis de nombreuses années, l’artiste JonOne est parvenu à introduire son art jusqu’au cœur des institutions nationales. Le 21 janvier 2015, une œuvre de Jon intitulée « Liberté, Égalité, Fraternité » et mesurant 300 x 220 cm est inaugurée à l’Assemblée Nationale dans le Salon des Mariannes. Quelques semaines plus tard, le peintre est distingué Chevalier de la Légion d’Honneur.

 

Depuis de nombreuses années, JonOne enchaîne également les collaborations avec les entreprises les plus prestigieuses, parmi lesquelles : Leclerc, Lacoste, Guerlain, Perrier, Thalys, Agnès B, Air France, Tumi. Ces collaborations offrent à l’artiste l’opportunité de se faire remarquer par de véritables coups d’éclats, à l’image du vol inaugural Paris-New York du Boeing 777 d’Air France aux couleurs de JonOne en 2015, ou encore de la création, en 2016, de l’iconique flacon aux Abeilles pour la Maison Guerlain en édition limitée.

 

Véritable boulimique de travail, JonOne continue de multiplier les projets et enchaîne les expositions à travers le monde. Après une performance inédite au cœur de la Cité Interdite, c’est vers l’Afrique que l’artiste se tourne en 2020 avec une première exposition personnelle à Abidjan. En novembre 2020, JonOne investit le musée des civilisations noires de Dakar, en exposition personnelle, avec la galerie ArtTime, parrainé par le président de la République du Sénégal, Macky Sall. Plus récemment, après une performance in situ, au Palais Farnese à Rome, JonOne a signé en 2021 sa première exposition aux Émirats Arabes Unis à Dubaï, avec la Galerie ArtTime.